Il est important pour tout conducteur de bien comprendre le fonctionnement du bonus-malus. Ceci va en effet impacter favorablement ou non le coût de sa prime d’assurance. Comment ça marche ? Que peut-on faire si l’on a écopé d’un malus ? Peut-on récupérer son bonus ? Nous vous expliquons tout.

Les sinistres concernés par le bonus-malus

Le bonus-malus, appelé aussi CRM (Coefficient de réduction-majoration) est un système qui sanctionne ou récompense l’assuré en fonction de sa conduite. En cas de sinistre, vous vous verrez infliger d’un malus. À noter toutefois que tous les sinistres n’entrent pas en compte dans le calcul de ce coefficient. Y sont exclus les incendies de voiture, les vols, les bris de glace, les accidents de stationnement lorsque aucun tiers n’a été identifié. De manière générale, seuls les sinistres dont l’assuré est responsable totalement ou partiellement sont considérés.

Un malus fait augmenter votre cotisation

Chaque année, la cotisation d’assurance auto d’un conducteur est évaluée en fonction de son CRM. Concrètement, votre bonus-malus aura des effets sur le calcul de votre prime d’assurance. Un accident responsable va entraîner une majoration de votre coefficient à hauteur de 25%. Ce sera de 12,5% si vous n’y êtes responsable que partiellement. Si vous n’avez effectué aucun sinistre durant l’année, votre coefficient sera diminué de 5%. Plus vous êtes impliqué dans des sinistres, plus élevée sera votre prime d’assurance pour l’année suivante.
Pour récupérer votre bonus et faire ainsi diminuer le montant de votre cotisation suite à un premier sinistre responsable, vous devrez être très vigilant sur la route, et n’effectuer aucun accident responsable durant 2 ans.

Assuré malussé ? Votre assureur peut vous radier

Une compagnie d’assurance est libre d’assurer qui elle souhaite et a le droit de résilier un contrat d’assurance. En cas de condamnation pour conduite en état d’ivresse, d’accidents à répétition, votre assureur vous considérera comme un client à risque et pourra décider de ne plus vous couvrir. En ce cas, essayez de négocier, par exemple, en proposant de payer à votre assureur une surprime. S’il refuse, vous allez devoir chercher un nouvel assureur. N’oubliez pas, souscrire une assurance auto est obligatoire. Toutefois, il faut savoir que quand on a un profil de conducteur à risques, trouver un autre assureur n’est pas du tout simple. Votre recherche n’aboutit pas ? Sosresilie.fr peut vous aider. Comme dernier recours, vous avez le Bureau central de tarification.